Why try to hide ? You feel so good, here...
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Willa Kate Layton

Aller en bas 
AuteurMessage
Willa K. Layton
    Don't Judge Me

avatar

Messages : 51
Date d'inscription : 19/04/2009
Age : 26
Localisation : Thistle

Passeport.
Imperfection: Sourde
Citation : « Le désir est l’essence même de l’homme »

MessageSujet: Willa Kate Layton   Sam 25 Avr - 15:18

*{ Appearances are misleading .



    Nom et prénoms complets : Willa Kate Layton
    Âge : 16 ans
    Date de naissance : 21 Août 1992
    Ancien lieu de vie : Née à Thistle



*{ Listen to my story.


    21 août 1992. Le soleil se lève doucement sur l'étrange village, encore silencieux. Le calme surnaturel qui emprisonne chaque ruelle semble fait de brume, envahissante et sournoise. Et pourtant, tout est parfait, tout semble parfait. La lueur rosée grandissante de l'astre suprême colorait agréablement le village de couleurs pastelles.
    Les maisons se ressemblaient toutes pour qui n'était pas attentif. De simples variations de teintes permettaient de les distinguer, et pourtant, elle étaient toutes différents les unes des autres: les fenêtres de l'une étaient plus carrées que les fenêtres de celle-ci, la porte de cette petite maisonnée était plus imposante que celle de cette villa. Néanmoins, l'ensemble était d'une telle homogénéité que tout semblait flou, comme iréel. Rien ne permettait d'affirmer que l'on ne se trouvait pas dans un rêve.
    L'une des maisons, d'une légère couleur orangée, plus petite que la plupart des édifices, était déjà ouverte malgré l'heure matinale. Les rayons de soleil naissant s'engouffraient par les ouvertures, les fenêtres, la porte, et éclairait les petites pièces d'une douce clarté. Tout en cette maison inspirait la tendresse, le calme. Même l'air y était reposant. Quelques meubles peu nombreux comblaient le vide. Dans un coin, un canapé rembourré, couleur chair. A l'opposé, une table minuscule en chêne, et autour de cette table, des chaises du même bois. Un rocking-chair tronait près de la cheminée, inutile en cette saison. Une plante verte grimpait le long du mur, et de jolie fleurs roses s'ouvraient avec la venue du soleil. Une senteur florale emplissait chaque salle, chaque recoin.
    Dans la petite chambre du fond, lumineuse, un lit aux draps blancs, et deux femmes. L'une était couchée sur le lit. Elle était pâle, des gouttes de sueur perlaient sur son front, mais elle souriait, les yeux plissés, les dents découvertes. Tout en elle respirait la joie. Et pourtant, on sentait sa souffrance. Tout son corps plaidait son mal, ses muscles étaient tendus. Son ventre arrondi se contractait par saccades, sa respiration était haletante. Mais aucun bruit n'emanait de cette belle femme.
    L'autre femme, plus menue, était debout, et elle venait de toute évidence en aide à la grande blonde. Elle lui soufflait des ordres, économisant les mots, comme s'ils étaient précieux.
    Après un ultime soupir, le femme rondelette tendit à son acolyte un nourrison, poisseux de sang. Sa bouche s'ouvrit pour crier, et un râle s'échappa des poumons meutrient du bébé. Puis il toussota, et posa ses yeux sur celle qui lui avait donné la vie.
    La grande femme blonde contempla longtemps ce bébé qui lui revenait, les yeux pétillants, le sourire aux lèvres. Puis elle pressa contre sa poitrine son rejeton. Le sang qui pulsait de ce petit coeur battait au rythme de celui de la mère, en une union secrète.
    Pourtant, rien ne liait la mère et la fille. L'une blonde aux yeux bleus, l'autre brune aux yeux noisette. Néanmoins, une petite lueur dans leu prunelles les rapprochait quelque peu. La femme chuchota un «Willa...», et soupira d'aise, perdue dans ses pensées, tandis que le bébé sur son ventre gazouillait, ses grands yeux parcourant la petite pièce.

    16 années plus tard. Une jeune fille aux cheveux bruns mi-longs, et aux grands yeux curieux marchait dans une ruelle. Dans un arbre voisin, un moineau pialliait. Willa le contempla quelques instants, songeuses, avant de passer son chemin, ignorant le chant de l'oiseau, qu'elle n'avait jamais entendu, et qu'elle n'entendrait jamais.
    Ses traits doux et engageants cachait une personnalité complexe, peu commune. La douceur initiale qui se dégageait de la jeune fille laissait voir une certaine brutalité, qui pouvait étonner certains. Honnête, parfois trop, elle blessait souvent les gens, mais ses convictions l'obligeaient à cela. D'ailleurs, pourquoi s'en serait-elle privée, puisque n'entendant pas les reproches des gens, elle ne connaissait pas la culpabilité?
    La surdité n'était pas un fardeau pour elle, plutôt une évidence. Elle l'acceptait, ne cherchait pas le pourquoi du comment. C'était comme ça, et pas autrement. Se lamenter sur son sort n'aurait rien changé de toute manière. Et ne pas entendre les absurdités quotidiennes lui semblait plutôt avantageux. Après un tournant, elle se retrouva devant une maison. Sa maison.
    Sa mère l'attendait, souriante, chaleureuse. Willa lui rendit son sourire, pensive.
    Une facade. Un masque. Cacher la haine qui boullait en elle. Ne pas éclater. La fragilité voyante, qui faisait d'elle une jeune fille naïve et peureuse aux yeux des plus distants, découvrait en réalité une rage et une force de résistante incomparable, pour son entourage. La fragilité? Que nenni!
    Willa courrut se réfugier dans les bras de sa mère, dans un silence parfait. Les longs cheveux de la charmante femme se mélèrent avec une étrange harmonie à ceux de sa fille, créant une crinière brune et blonde. Willa renifla dédaigneusement, toujours énervée de ne pouvoir entendre les paroles réconfortante qu'aurait pu lui murmurer sa mère à son oreille.
    Une longue minute plus tard, après de longs échanges visuels, la brunette monta dans sa chambre. Pas de posters, ni de tapisserie. Un simple mur orangé, d'une neutralité stupéfiante. Mais, au centre de la pièce, un étalage, et un bureau. Et, sur le bureau, une sculpture, étrange, abstraite, incompréhensible. Pourtant, pour Willa, tout prenait son sens. Les formes étonnantes de l'oeuvre étaient pour elle lourdes de sens. Des notes de musiques s'entremelaient, formant une voix, un chant, une mélodie. Dans son esprit, la musique se forma d'elle même, et Willa fredonna distraitement le refrain, en harmonie avec la pièce. Ses mains recommencèrent à modeler le morceau de pate, comme un automatisme.



*{ Behind the computer .


    Prénom : Bérengère
    Age [ facultatif ] : 13 ans
    Personnalité de l'avatar : Ellen Page
    Code du règlement : Code bon; Eden.
    Fréquence de connexion [ sur 7 ] : 2/7
    Comment avez-vous connu ce forum ? Par Cams
    autres : Heu... salut xD.


Dernière édition par Willa K. Layton le Sam 25 Avr - 16:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden S. Hill
    You can't fight the truth, Eden.

avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 17/02/2009

Passeport.
Imperfection: Fuyant son passé.
Citation :

MessageSujet: Re: Willa Kate Layton   Sam 25 Avr - 15:22

Hey ! T'es validée .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hidden-pain.1fr1.net
 
Willa Kate Layton
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jack Layton est mort
» Layton Howard
» Kate Weasley [Validée]
» Archive partie 84 : Prof. Layton
» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 84 : Professeur Layton

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hidden Pain :: 
« Never forget the most important »
 :: Nice to meet you :: Now, you can start.
-
Sauter vers: